placenta accreta

Le placenta accreta est un type de complication assez rare qui survient dans 0,04% des grossesses. Cela se produit lorsque le placenta est fermement attaché au muscle utérin. Il existe 2 variantes à ce type de complication :

  • le placenta increta lorsque le placenta se fixe sur les muscles de l’utérus
  • et le placenta percreta lorsqu’il se développe à travers de la paroi utérine
placenta normal, accreta, increta et percreta

Diagnostique du placenta accreta :

Le plus souvent, on dépiste cette anomalie lors d’une échographie de routine. Ensuite, une IRM viendra confirmer le premier diagnostique. Le plus souvent, cette anomalie n’a aucune manifestation physique. Parfois des saignements peuvent survenir pendant le dernier trimestre de grossesse. Par conséquent, On conseille fortement d’aller consulter en cas de saignements, en particulier si vous répondez aux critères ci-dessous.

Les causes et facteurs de risque du placenta accreta:

  • Un placenta prævia (voir notre article à ce sujet) ou un positionnement trop bas du placenta
  • Antécédents de césarienne ou chirurgie utérine : la cause principale de cette complication
  • Antécédents de curetage
  • Avoir déjà vécu de nombreuses grossesses
  • Âge maternel avancé (plus de 35 ans).

Complications et risques à l’accouchement :

  1. Un risque de naissance prématurée : en effet, le placenta accreta augmente le risque de naissance avant terme. En particulier si les saignements sont importants.
  2. Le recours à une césarienne : comme le placenta ne peut se décoller de lui-même, la césarienne est la solution privilégiée. Tandis que dans d’autres cas, les accouchements vont prendre une tournure des plus classiques sans autre complication.
  3. Hémorragie : comme le placenta est fermement attaché au muscle de l’utérus, celui ci risque d’être abîmé occasionnant des saignements qui peuvent être importants. Il faut arrêter cette hémorragie à l’aide d’une opération chirurgicale visant à retirer le placenta. Dans les cas les plus extrêmes, l’ablation de l’utérus sera le dernier recours pour assurer la sécurité de la maman.

Partager

Vous pourriez aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.